Select Your Preferred Language -- Traduire ce Site dans Votre Langue

BIENTÔT, DJIBOUTI AUSSI DIRA "NON" AU NÉPOTISME DE L’ADMINISTRATION INDIRECTE DU PRÊTE-NOM.
"LA LIBERTÉ N'EST JAMAIS ACCORDÉE DE BON GRÉ PAR L’OPPRESSEUR ; ELLE DOIT ÊTRE EXIGÉE PAR L'OPPRIMÉ." -- MLK
DJIBOUTI : REFORMONS L'OPPOSITION AFIN DE POUVOIR UN JOUR REFORMER L'ÉTAT
NOUS CONVIONS CET ÉTÉ 2014, TOUTE L'OPPOSITION À DES ÉTATS GÉNÉRAUX

16 juin 2010

Djibouti: les enfants dans une pauvreté « abjecte », selon l'UNICEF

15 juin 2010 – L'UNICEF et le Ministère djiboutien de la Promotion des femmes et des Affaires sociales ont rendu public mardi un rapport sur la pauvreté infantile qui révèle que la majorité des enfants de Djibouti vivent dans une pauvreté « abjecte » qui les expose à des menaces de mort.
« L'intensité de la pauvreté à Djibouti nous montre dans quel type d'environnement dangereux vivent les enfants et leur exposition à l'exploitation et aux abus », a indiqué la Représentante de l'UNICEF à Djibouti, Josefa Marraton, en présentant le rapport.

Selon le document, deux enfants sur trois sont privés d'au moins un droit fondamental, celui d'avoir un abri, celui d'avoir accès à l'eau, à l'alimentation, à l'éducation ou à la santé.

L'absence d'abri est le problème le plus répandu, avec plus de la moitié des enfants de Djibouti qui ne disposent pas d'un vrai domicile. Les chiffres sont encore plus alarmants dans les milieux ruraux où 9 enfants sur 10 n'ont pas de maison.

Le rapport souligne aussi que si les enfants qui vivent dans les zones urbaines sont plus exposés aux risques d'exploitation et d'abus, ceux qui vivent dans les zones rurales sont deux fois plus nombreux à ne pas avoir accès aux services de base.

En dépit des progrès significatifs réalisés ces dernières années pour offrir des services sociaux basiques aux enfants, comme la gestion intégrée des maladies infantiles, le développement de la scolarisation et l'assistance aux orphelins, l'UNICEF craint que les avancées réalisées soient anéanties par le haut niveau de pauvreté.

Seule manière de l'éviter pour l'agence onusienne, mettre l'aide aux enfants au sommet des priorités des politiques publiques, des prises de décisions et de critères d'allocation de ressources.

Déjà délicate, la situation est compliquée par le problème de la forte malnutrition. Selon le rapport de l'UNICEF et du gouvernement djiboutien, 28.8% des enfants de moins de cinq ans font face à une malnutrition aigüe et 5,2% de ceux-ci « sont sévèrement mal nourris et risquent de mourir ».

Face à cette situation, l'UNICEF va intensifier ses actions et continuer son programme « Survie et développement de l'enfant » qui inclut notamment des campagnes de vaccinations, des distributions de compléments alimentaires à base de vitamine A et de la sensibilisation à la santé au sein des collectivités locales.

En conclusion, le rapport propose un certain nombre de recommandations destinées à renverser la situation : placer les enfants au cœur des politiques de développement et de réduction de la pauvreté, s'assurer de la mise en œuvre immédiate des politiques de lutte contre la malnutrition, accroître la sécurité alimentaire, promouvoir la liberté, adopter des actions à l'impact plus fort pour réduire la pauvreté des enfants.

« Il est temps d'agir pour remplir nos engagements pour les enfants de Djibouti. La clé de leur futur repose sur notre capacité à changer la réalité faite de privation dans laquelle ils vivent », a finalement souhaité la Représentante de l'UNICEF à Djibouti, Josefa Marraton.

Lien Internet ONU : http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=22185&Cr=Djibouti&Cr1=

1 <<< VOS COMMENTAIRES:

Des Djiboutiens (nes) a dit...

VOICI LE MIRACLE TYPE QUE LA DICTATURE SANGUINAIRE, DE CE DÉSPOTE DJIBOUTIEN, EST HABITUÉE À SERVIR AVEC AFFRONT ET INDÉCENCE, AUX INSTITUTIONS DE CE MONDE ET LE PEUPLE MEURTRI QUI EN SOUFFRE DEPUIS L'INDÉPENDANCE DE 1977:

CE TYRAN ABJECTE NOMMANT ET LICENCIANT, ÉLEVANT ET RABAISSANT, ENFERMANT ET LIBÉRANT, RAPPROCHANT OU ISOLANT CHACUN ET CHACUNE DU PAYS DES BRAVES À SA GUISE PAR CE POUVOIR QU'IL A FICELÉ À LA JUSTE MESURE DE SA VISION ÉTRIQUÉE DE LA GESTION D'ÉTAT, VIENT CERTAINEMENT DE MENACER LA MINISTRE DE LA PROMOTION DE LA FEMME POUR QU'ELLE REVIENNE SUR SA SIGNATURE DU DOCUMENT PRÉPARÉ ET COSIGNÉ AVEC L'UNICEF.

SACHANT DE QUOI CET ANIMAL EST CAPABLE AVEC SON SERVICE DES CRIMINELLES DE LA SDS ET LES EXPATRIÉS MERCENAIRES DE LA GARDE RÉPUBLICAINE, ELLE A DÉCIDÉ DE RAVALER SA FIERTÉ AVEC CETTE LETTRE À LA NATION, DANS L'ESPOIR D'ÉVITER UN SUICIDE PAR 5 BALLES DANS SON SALON OU PAR LE FEU DANS UN COIN ISOLÉ, UN ACCIDENT DE LA CIRCULATION OU DES FREINS QUI LÂCHES, UNE CRISE CARDIAQUE AUX ARRÊTS OU TOUT SIMPLEMENT PAR PEUR DE DEVENIR DU JOUR AU LENDEMAIN ATTEINTE DE LA PESTE ET RECALÉE AU STADE DE PARIÂT DE LA SOCIÉTÉ.

Collectif Doléances du Peuple & Action Group for Democracy
Blog: http://doleancesdupeupledjiboutien.blogspot.com/
Twitter : @Doleances


N° 108 du Dimanche 20 Juin 2010

Communiqué

Mise au point du ministère de la Promotion
de la Femme, du Bien-être Familial et des Affaires Sociales

Dans un communiqué qui nous est parvenu hier, le ministère djiboutien de la promotion de la femme, du bien-être familial et des affaires sociales a démenti les informations erronées publiées par l’UNICEF sur le site Internet officiel du centre d'actualités de l'ONU selon lesquelles les enfants vivent dans une pauvreté "abjecte" à Djibouti.

Le ministère de la Promotion de la Femme, du Bien-être Familial et des Affaires Sociales dément le communiqué intitulé « Djibouti » : les enfants dans une pauvreté abjecte selon l’UNICEF publié sur le site Internet de l’UNICEF qui a pour source : United Nations News Service. Le ministère de la Promotion de la Femme ne se reconnait pas et se désolidarise de l’UNICEF pour les informations contenues dans ce communiqué en date du 15 juin 2010. A cette date, aucun rapport n’a été rendu public par le MPF et l’UNICEF.

Pour mémoire le rapport auquel fait allusion ce communiqué portait sur l’Etude mondiale sur la pauvreté et les disparités chez les enfants à Djibouti diligentée par l’UNICEF dans 40 pays dont la République de Djibouti.

Contrairement aux allégations du communiqué, sous l’impulsion du Président de la République des efforts considérables ont été entrepris par le gouvernement dans la lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales. Tous les enfants vivant sur le sol Djiboutiens jouissent de leurs droits à savoir l’accès aux services sociaux de base, à un abri décent, l’accès à l’eau et à l’alimentation. Les efforts du gouvernement djiboutien ont même été salués par le Comité des Droits de l’Enfant lors de la présentation du dernier rapport périodique sur la mise en œuvre de la CDE à Genève en septembre 2008.

Les agences du système des Nations Unies doivent accompagner et appuyer les efforts du gouvernement et non les dénigrer.

A Djibouti, le 19 juin 2010
Signé le ministère de la Promotion
De la Femme, du Bien-être Familial
et des Affaires Sociales

Djibouti : IOG visite ses exilés, 2 Manifestations pour lui rendre la politesse

Gouverner ; l'art de prévoir le futur d'une Nation, ne rien prévoir c'est courir à sa perte.

« ABDOURAHMANE BACHIR ; JE L'AI FABRIQUÉ DE TOUTES PIÈCES EN CROYANT BIEN FAIRE. », Dixit IOG

« SI DIEU A ACCEPTÉ QU’IL Y AIT LE DIABLE, POURQUOI REFUSERAIS-JE QU’IL Y AIT UNE OPPOSITION » - IOG

Djibouti : L’opposition politique doit prendre acte de sa propre léthargie

DJIBOUTI : EN 37ANS, ONT RIEN NOTÉ DE GROSSIER - AMNÉSIE TOTALE - INVITENT UN 3ème ET REBELOTE

DJIBOUTI : LE RÉGIME DU PRÉFET IOG, TOURNERA ENCORE SON REGARD POUR SAUVER SA TÊTE

DJIBOUTI : UNE PAIX SANS JUSTICE EST ILLUSION, UN PARDON SANS JUSTICE EST UNE BOMBE À RETARDEMENT

DJIB : UN CIRQUE MÉDIA SANS QUE LE PROXY NE DISE MOT, SUR CE QUE LUI ET SES PARRAINS NOUS RÉSERVENT

DJIBOUTI : L'ESCROQUERIE DU MACHIN USN !!!

M. GUELLEH, ÇA COUTERAIT QUOI DE FINANCER L’AVENIR DE CES FUTURS CHAMPIONS DE LA RÉPUBLIQUE ?

DJIBOUTI : L'USN ET SES OPPORTUNISTES, EXIGENT DE NOUS, QU’ON ENTRETIENNE LA MÊME VOYOUCRATIE

PREMIÈRE D'UNE NOUVELLE CHRONIQUE PAR L'IMAGE, INTITULÉE : "" C'EST QUOI ÇA GUELLEH ??? ""

ASSEMBLÉE DE PAILLE FRUIT DE L’INSUFFISANCE & COMITÉS FANTÔMES, LE MACHIN USN SE VEUT DISTRAIRE

LE PRIDE N’EST PLUS SEUL À POSER DES QUESTIONS & REMETTRE EN CAUSE LA LÉGITIMITÉ DE LA DIRECTION USN

Ahmed Youssouf à l’USN -- JOUE LE MÊME RÔLE QUE -- Hassan Omar GAQANLO à l’UMP

SIGNIFIONS EXPRESSÉMENT LE REJET DE L’AGENDA USN, CONCOCTÉ ENTRE LES MÊMES MANIPULATEURS DE L'UAD

DJIBOUTI : UMP & USN, 2 FACES DE LA MÊME MÉDAILLE, AVEC LES MÊMES VICES, ÉGOS ET AMBITIONS

DJIBOUTI : VICTIMISATION, REFUS DE L’ENGAGEMENT ET UNE EXPRESSION SECTAIRE MANIPULATRICE DES JEUNES

UN PATRIOTE INVESTIT DANS SON PEUPLE, NON HORS FRONTIÈRES, IL EST TEMPS QU'ON EN EST UN, À DJIBOUTI

DJIBOUTI : NOUS CONVIONS CET ÉTÉ 2013, TOUTE L'OPPOSITION À DES ÉTATS GÉNÉRAUX

DJIBOUTI : CITOYENS POUR LE CONSENSUS NATIONAL (CCCN) POUR UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION RESPONSABLE

Une Source Infinie de Vidéos sur La Corne.

Loading...

Djibouti : Le Déni de Justice et la Lutte contre un autre Pirate de la FrancAfrique

MALI : STRATÉGIE INNOVÉE : PROBLÈME - RÉACTION - SOLUTION - PAYEMENT DES COÛTS

LA RECOLONISATION DU 21ème SIÈCLE - FRANCE VS CÔTE D'IVOIRE

LA RECOLONISATION DU 21ème SIÈCLE - FRANCE-OTAN VS LIBYE

Actualités et Évènements dans le Monde

Please Sign Today To Support Those for a Democracy in Djibouti - Africa

Amender une Constitution afin de rester au Pouvoir et Refuser l’Alternance c’est de la Tyrannie..
OBAMA : "Make no mistake: History is on the side of these brave Africans, not with those who use coups or change constitutions to stay in power.......... Africa doesn’t need strongmen, it needs strong institutions."
<= THE PRICE OF SILENCE & INACTION IS MUCH TOO HIGH =>
FaceBook Petition for the benefit of Amnesty International USA, if You Wish to Join Protect The Human

""Il y a un temps pour RÉFLÉCHIR, un temps pour SENSIBILISER, un temps pour ÉPILOGUER et un temps pour AGIR contre le RPP : RASSEMBLEMENT DES PILLARDS DU PEUPLE.""
Téléchargez sur SkyDrive le CONTRAT JURIDIQUE ET MORAL avec le peuple de DE DJIBOUTI, afin de rassurer la population sur les INITIATIVES qui seront mises de l'avant AU DÉPART D'IOG : FEUILLE DE ROUTE (PDF)

UNE OPPOSITION RESPONSABLE ET CRÉDIBLE.

Le parti PRIDE appelle l’opposition à assumer pleinement son rôle. Lançons l’organisation d’un Congrès qui unira nos efforts, nous donnera la crédibilité nécessaire et l’appui de la communauté internationale pour une transition exigeant non seulement le respect de la constitution mais aussi la reforme du scrutin électoral et les dispositions préalables pour en assurer la transparence avant les prochaines élections de 2011.


Le peuple veut voir une opposition responsable autour d’une table ronde ou chaque parti sera représenté par 5 membres de leur direction et d’observateurs Djiboutiens.


Chaque parti tout en gardant ses affiliations, contribuera à édifier un document fort, engageant et prometteur, ralliant la population Djiboutienne toute entière dans sa diversité, contre le ballon vide d’IOG, à la mode Ukrainienne. Le document final signé par les parties, sera soumit aux pays médiateurs choisis au Congrès et aux institutions internationales.


DE LA SAGESSE, UNE VISION ET DU COURAGE, EST-CE TROP DEMANDER?


Le rôle de ces observateurs Djiboutiens comme la préparation du congrès, sera confié à une agence spécialisée dans l’exercice de cette fonction et un comité ou une entité neutre assumera la coordination et la préparation des documents du Congrès, entre cette agence et les parties ayants exprimées leur volonté d’y participer.


Dans un souci de transparence et de tenir le peuple informé, à défaut d’être diffusés en direct sur l’internet, tous les travaux de ce congrès doivent être vidéo-enregistrés.


Par le PRIDE : Parti Républicain pour l’Innovation Démocratique et l’Écologie : PLAN D’ACTION POUR UN FRONT COMMUN.

Ce site Blogger est compatible à 100% qu'avec le navigateur Mozilla Firefox.

CONSTITUTION DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI : EN FRANÇAIS ENGLISH

Présenté à toutes les Ambassades et Consulats de France dans le monde -- Memorandum du 28 Sept 2010.pdf.