Select Your Preferred Language -- Traduire ce Site dans Votre Langue

BIENTÔT, DJIBOUTI AUSSI DIRA "NON" AU NÉPOTISME DE L’ADMINISTRATION INDIRECTE DU PRÊTE-NOM.
"LA LIBERTÉ N'EST JAMAIS ACCORDÉE DE BON GRÉ PAR L’OPPRESSEUR ; ELLE DOIT ÊTRE EXIGÉE PAR L'OPPRIMÉ." -- MLK
DJIBOUTI : REFORMONS L'OPPOSITION AFIN DE POUVOIR UN JOUR REFORMER L'ÉTAT
NOUS CONVIONS CET ÉTÉ 2014, TOUTE L'OPPOSITION À DES ÉTATS GÉNÉRAUX

29 novembre 2010

SOUTENONS LA COMMÉMORATION DU MASSACRE D’ARHIBA (DJIBOUTI) DU 18 DÉCEMBRE 1991

PARTI RÉPUBLICAIN pour L'INNOVATION DÉMOCRATIQUE et L'ÉCOLOGIE

En guise de contribution au devoir de mémoire pour toutes les victimes du massacre d’Arhiba, le 18 décembre 1991, le PRIDE propose ces documents d’époque tirés du bulletin n° 1 de janvier 1992 publié par le MSVC (Mouvement de soutien aux victimes civiles).
IL EST AUSSI IMPORTANT DE RAPPELER QUE L'ACTUEL DICTATEUR AU POUVOIR À DJIBOUTI, JE NOMME ISMAEL OMAR GUELLEH, ÉTAIT :
  • LE CHEF DE CABINET DE SON DÉFUNT ONCLE, PRÉSIDENT À L'ÉPOQUE
  • CHEF DE LA SÉCURITÉ NATIONALE DE LA RÉPUBLIQUE
  • CHEF DU SERVICE SECRET
  • HOMME DE MAIN AUX SALES BOULOTS, DE SON ONCLE PRÉSIDENT
Ce document porte sur :
  • Le déroulement du massacre ;
  • La liste des morts ;
  • Le témoignage d’un médecin français.
    L’impunité assurée en haut lieu aux crimes d’Etat étant une dangereuse constante de cette dictature sournoise et liberticide, afin de soigner les séquelles physiques et morales de cette barbarie et en prévenir définitivement le renouvellement, LA JUSTICE HUMAINE EXIGE :

    La constitution d’une commission d’enquête indépendante ET la poursuite en Justice des auteurs et commanditaires des crimes suivants :
    1. LE MASSACRE D'HARHIBA DU 18 DEC 1991
    2. LE MASSACRE D'HARHIBA DU 30 NOV 2005
    L’impunité des commanditaires et exécutants de ce massacre et des suivants ainsi que le refus de l’Etat, d’indemniser les ayant-droits constituent une offense à la Mémoire des victimes et plus grave, la porte ouverte à la continuation de ces crimes abominables.

    LES CAUSES QUI ONT SERVI DE PRÉTEXTE À CE MASSACRE DU 18 DÉCEMBRE 1991, PAR QUI ET COMMENT FÛT-IL ORGANISÉ (Source djiboutienne avec l'ARDHD)

    La guerre entre le FRUD et les troupes gouvernementales éclata le matin du 11 novembre 1991, les forces du FRUD commandées par l’ex sergent-chef Ougoureh Kifleh (passé à la résistance, après avoir été radié de la Gendarmerie) attaquèrent le sud du pays tandis que le commandant Maki attaquait au nord.
    En l’espace de quelques heures l’État djiboutien avait perdu le contrôle de 89 % du territoire national. Le gouvernement illégitime de Djibouti fut pris de panique. Et il décida de se venger sur ses propres populations civiles, à titre de représailles.

    Le fait déclencheur, se produisit le 16 décembre, quand la 3ème compagnie de parachutistes commandées par l’Adjudant Gamaleh tomba dans une embuscade tendue par le Frud. Cent soldats perdirent la vie et trente-neuf furent fait prisonniers à Assa Gaila.
    Fou de rage, Ismail Omar Guelleh demanda alors à Hassan Gouled de se venger sur les Afar civiles d’Arhiba. Il utilisa le prétexte que plusieurs soldats mamasans avaient été tués dans l’embuscade.
    Le lieutenant Colonel Zakaria Cheik Imbrahim (qui deviendra plus tard Chef d’Etat-major adjoint) exigeait de son côté que l’Etat djiboutien venge ses frères d’armes tombés dans l’embuscade.

    Pour calmer les ardeurs vindicatives des deux hommes (Zakaria et IOG), Hassan Gouled a demandé l’ouverture d’une enquête pour faire toute la lumière sur ces évenements tragiques.
    Mais Ismail Omar ne voulait rien entendre. Il s’est « assis » sur le refus d’Hassan Gouled. Seul, il décida lancer la « guerre » contre les Afar d’Arhiba avec la complicité du Lieutenant-Colonel Yacin Yabeh, alors patron de la FNS, du Lieutenant Colonel Zakaria Cheik Ibrahim, chef de corps du C C O, du Commandant de la force navale djiboutienne Elmi Abaneh, du Colonel Hoch Robleh Idleh, patron de la Gendarmerie nationale, d’Hassan Saïd sous-directeur du SDS et adjoint direct pour réaliser les coups tordus, du Capitaine Abdourahman Ali Kahin de la F N S en disgrâce aux yeux de Yacin Yabeh, et du Commandant Mahdi Cheik Moussa, patron de l’Escadron présidentiel.

    Cette liste n’est pas exhaustive, mais j’ai essayé de localiser les principaux artisans du crime commis contre les Afar d’Arhiba.
    Comme on s’en doute, les officiers Afar de la police, de la Gendarmerie et des forces armées n’avaient pas été consultés avant la mise en œuvre de ce plan diabolique.

    Seule la DST française était informée du crime en préparation, via les renseignements récoltés par la sécurité militaire.
    Cela explique-t-il, pourquoi les Français étaient prêt à tout filmer à partir d’un hélicoptère. Leur objectif était-il de faire éclater la vérité, le moment venu, sur ce massacre commis le 18 décembre 1991 ?
    Ayant appris la chose, Ismail Omar est devenu fou furieux. Il a convoqué l’Ambassadeur de France de l’époque, Claude Soubeste. Ce dernier a occupé la fonction de 1988 à 1992. L’Ambassadeur Claude Soubeste a écouté poliment les injures proférées par IOG et il a transmis son rapport circonstancié et documenté au Quai d’Orsay.
    IOG avait compris que les Français venaient de lui jouer un très mauvais tour, en le laissant commettre un crime impardonnable tout en recueillant des preuves incontestables.

    Pourtant, le massacre organisé de sang-froid contre des victimes civiles à Arhiba ne calma pas les appétits de vengeance de l’équipe aux commandes dans les différentes unités militaro-policières. Les réglements de comptes continuèrent. C’est pour cette raison que 12 députés Afar démissionnèrent bruyemment. Il s’agit d’Ali Silay Abakarie, Mohamed Dini Farah, Orbisso Gadito, Houssein Barkhat Siraj, Adabo Kako et le célèbre Mohamed Ahmed Issa « Cheiko ». A noter qu’il y avait un gendarme parmi les députés démissionnaires.
    Tous remirent leur lettre de démission au premier ministre Barkhat Gourad, qui les a transmises aussitôt à Hassan Gouled.
    Il avait conscience que le pays risquait de sombrer dans la guerre civile. Il convoqua un conseil des ministres extraordinaires et il informa les membres sur les évenements tragiques d’Arhiba.

    LE MASSACRE D’ARHIBA DU 18 DECEMBRE  1991

    ÉVÉNEMENTS DU MASSACRE

    6H00 du matin : Le quartier d’Arhiba est totalement investi et encerclé par les forces armées djiboutiennes coalisées dans une action militaire sans précédent à Djibouti-ville, d’environ 400 personnes en armes et équipements de guerre.

    Alors que l’essentiel des troupes d’assaut est placé en position de tir dans les tranchées, dans les tanks, sur des jeeps et sur les vedettes, le groupe des policiers Afars sans armes munis des gourdins, est chargé de convaincre leurs frères de sang avec lesquels ils engagent le dialogue. Parallèlement, les « crânes rasés » issus de la mobilisation générale vident tous les civils de leurs cases en cartons et les rassemblent sur le terrain vague.

    7H00 : Les premiers lève-tôt d’Arhiba, sortis de chez eux sont aussitôt embarqués dans des camions mis à la disposition des forces de l’ordre par les entrepreneurs privés qui se trouvent alignés au sud du quartier.

    Après triage, le groupe ciblé est isolé du reste et une partie est embarquée dans un premier camion.

    7h15 : les rafles continuent. Les forces armées tirent de leur huttes, hommes, femmes et enfants, les regroupent par dizaines en les faisant asseoir parterre et une fois le nombre suffisant pour contenir un camion, le chauffeur approche du secteur et l’on embarque tout le monde. La cité étant étendue sur 3 à 4 km, une scène identique à celle ci se déroule à plusieurs endroits, couvrant ainsi, tout Arhiba.

    7h30 : Sur un des « points de"rassemblement" d’Arhiba, certaines personnes ne se contentant pas de l’explication facile donnée par les hommes en uniforme selon laquelle il ne s’agirait que d’une simple “vérification d’ identité”, elles voudraient comprendre et demandent des explications.

    Ne pouvant supporter plus longtemps cette situation macabre, un policier Afar se détache du rang, dans un dernier élan de solidarité ethnique, déconseille vivement aux futures victimes de se laisser déporter en demandant d’opposer une résistance passive.

    Pour son geste, il sera sommairement abattu par ses collègues de la FNS au  cours de la fusillade.

    Voyant leur plan dévoilé et devant le refus des civils de monter dans le camion, les forces armées s’apprêtent, dès ce moment, à tirer sans sommation sur tout ce qui bouge

    Ayant remarqué des mouvements qui contrarient le plan initialement établi, les forces armées qui s’étaient préparées à l‘éventualité d’une réticence de la part des civils, reçoivent l’ordre d’exécuter sur place leur plan : l’acte d’extermination qu’elles devaient accomplir ailleurs. Elles ouvrent le feu sans sommation sur une foule sans défense (femmes, enfants, vieillards) qui tombent comme des mouches, tués à bout portant.

    Dès les premières rafales, une panique folle s’empare très logiquement de toute la population d’Arhiba et aux quatre coins de la cité, loin de contenir, les forces de l’ordre tirent à vue. La chasse à l’Afar commence, un déluge de feu s’abat sur les civils, une course poursuite abominable s‘organise. À pied et en véhicule tout terrain, les forces de l’ordre s’en donnent à cœur joie. Un safari humain.

    FAITS ELOQUENTS :
    Trois policiers, Kalachnikov aux poings, font irruption dans l’Ecole Primaire Public d’Arhiba dont le Directeur est sommé sous la contrainte par un vif et bref échange de propos, de faire sortir ces classes les élèves (probablement pour les exposer au carnage prévu) . Le Directeur de l’Ecole n’a pas manqué, malgré la menace, de leur faire observer qu’il y va de sa responsabilité professionnelle de mettre en sécurité les élèves et qu’il ne peut satisfaire leur dangereuse requête aussi longtemps que les armes ne se seront pas tues à Arhiba.

    Pendant ce temps, les deux autres policiers s’introduisent dans les classes où ils n’hésitent pas à tirer plusieurs rafales créant une panique généralisée tant parmi les enseignants que parmi les élèves qui fuient à toutes jambes.

    7h45 : Un hélicoptère de l’armée française survole les lieux du massacre, panique cette fois coté tueurs, par la crainte des caméras que les français n’ont certainement pas manqué de sortir pour un tel flagrant délit.

    Au premier passage, les tireurs cessent la fusillade, certains ont le ridicule réflexe de se cacher derrière les maisons, mais continuent à pourchasser les rescapés dès que le Puma s’éloigne. Au second passage, les “chasseurs” décident de se retirer et maquillent le chiffre réel du carnage en s’empressant d’entasser dans deux camions un maximum de cadavres.

    Combien de morts ?
    Impossible à dire avec précision. Les témoins oculaires les plus optimistes chiffrent à 50 cette cargaison funeste. Le convoi se dirige vers la ville, les hommes en uniforme quittent enfin Arhlba.

    8H00 : Les habitants d‘Einguela constatent que le terrain vague des Salines qui s’étend au Nord d’Arhiha est lui aussi quadrillé par les hommes de la FNS, à la hauteur du chantier séoudien jusqu’au Théâtre des Salines. Toutes les routes menant à Einguela sont bloquées par les agents de la circulation, ni piétons ni véhicules ne passent. Certains observateurs constatent qu’un long convoi de véhicules militaires assurent l’encadrement, se dirigent vers le secteur bouclé.

    BILAN DU MASSACRE D ‘ARHIBA (DJIBOUTI)

    33 corps abandonnés sur le terrain vague,

    7 personnes décédées à l’Hôpital Peltier le lendemain des suites de leurs blessures,

    7 corps retrouvés le 19 Dec, en mer à marée basse,

    12 corps que les forces de l’ordre ont emportés, Soit un total de 59 morts dont 47 ont été enterrés

    LISTE DES PERSONNES DISPARUES, LE 18 DEC 1991

    1. HAMAD IBRAHIM SAID

    2. YASSO KATHE ALI

    3. ALI IBRAHIM MOURRA

    4. NIBALLEH ADEN MOHAMED

    5. DAOUD MOHAMED ALT

    6. ABDALLAH HANAD OMAR

    7. SAID HAMADOU GAAS

    LISTE DES PERSONNES TUÉES LORS DU MASSACRE D ‘ARHIBA

    Corps découverts sur place

    1. ALI ADAM AHMED

    2. AHMED MOUMINE BAGUILA

    3. HABILE MOUMINE BAGUÏLA

    4. GANIBO IBRAHIM YASSO

    5. ALI MOHAMED WEO

    6. ADAM DIHIBO MOUSSA

    7. MOHAMED ALI OMAR

    8. ALI ALELOU ASSOWE

    9. BERO DAOUD ANGADE

    1O.OMAR MOHANED KABADE

    11.ABDALLAH YAYO IBRAHTM

    12.HASSAN ALI ABOUBAKER

    13.MALIK ALI MAHAMED

    14.HASSAN ABDOU ABOUBAKER

    15.ALI ABDALLAH GOURATE

    16.SABOLI ABDALLAH GAAS

    17.ALI KABIR MANDEITOU

    18.NOUMANE MOHAMED ABDALLAH

    19.ALI SATD MOHAMED

    20.MAHAMED MOUSSA WAAYE

    21.ALI HOUSSEIN HARSSOU

    22.ALI CHEIKO HAMAS

    23.ADAM CHEIKO HAMAD

    24.MOHAMED ALI HOUSSEIN

    25.HASSAN FILADERO HASSAN

    26.IDRISS LALE ALI

    27.MOHAMED OSMAN IBRO

    28.OSMAN MOHANED IBRO

    29.SAADA AHMED

    3O.ALI ARERO ALI

    31.MISERA BOUCHRA CHOUMA

    32.SALIHA MOHAMED ALT

    33.ALI ADAM ALI

    Personnes retrouvées à marée basse


    34.HOUSSEIN IBRAHIM MOHAMED

    35.KILO YASSIN ALI

    36.MAHAMEISSE DINBIHISSE ALI

    37.ALI HAMAD DOULA

    38.HERE ALI YASSO

    39,FOSSEYA MOHAMED OSMAN

    40.HASNA SAID MOHAMED

    A l’Hôpital Peltier


    41 OSMAN YOUSSOUF

    42.HASSAN HAMID

    43 ABDOULKADER MOHAMED ISSA

    44.ARISSO ONDE ARISSO

    45.MOHAMED MOUSSA MOHAMED

    46,MOHANED ALI AHMED

    47.MOHAMED HOUMED MOHAMED


    N.B. Les impacts de balles relevés sur les blessés laissent penser qu’il y avait plusieurs groupes de tireurs et nombreuses étaient les personnes en train de fuir lorsqu’elles ont été atteintes par les projectiles.

    Ainsi, 50 % des survivants sont atteints au dos, 30% de face e 20 % de côté.

    Il a été rapporté, environ 300 blessés dont 70 seulement furent admis à l'Hôpital Peltier, une dizaine à l’Hôpital militaire Français alors que les autres ont été soignés par leurs propres familles de peur de représailles éventuelles.

    Mr Bourhan M. Ali (Alias Abou Amin)
    Secrétaire Général du PRIDE : PARTI RÉPUBLICAIN pour L'INNOVATION DÉMOCRATIQUE et L'ÉCOLOGIE
    Page du PRIDE : http://www.facebook.com/pages/Parti-Republicain-pour-lInnovation-Democratique-et-lEcologie-PRIDE/136038416448038

    1 <<< VOS COMMENTAIRES:

    HOPE FOR THE BEST OF AFRICA a dit...

    UNE PLAIE OUVERTE DEVENANT UNE GANGRÈNE SI, ELLE N'EST POINT TRAITÉE : Quand les âmes de ces morts vont-ils reposer en paix et les familles faire enfin leur deuil ?

    Bientôt 19 ans, Justice n'ayant pas été rendue à ce jour AUX VICTIMES DE 1991 COMME CEUX DE 2005 ET TOUS LES AUTRES TOMBÉES SOUS LES ORDRES DU BOKASSA DE DJIBOUTI et constatant aux files des ans, cette commémoration virer vers une célébration traditionnelle ordinaire, les âmes de ces victimes errent encore sans fin parmi nous, leurs plaintes provenant du fond des abîmes, supplient et interpellent les consciences et la justice des hommes à agir, afin de reposer en paix en attendant la justice divine.

    Le COMMANDITAIRE en CHEF de ses MASSACRES est depuis connu par tous, ayant accédé au pouvoir par défaut, voila 12 ans, foule les tapis rouge dans un déni total, une impunité et une condescendance encore jamais égalées par ses paires, NOUS CITONS À LA BARRE Mr ISMAEL OMAR GUELLEH.

    Cet homme était à l'époque celui qui, question sécurité à Djibouti, autorisait, supervisait et coordonnait tout avec ces hommes de mains dont l'actuelle Chef de la Sécurité Nationale Hassan Said et le défunt Général de la Force de Police, en tant que :

    -- Chef de Cabinet et dauphin de son oncle président
    -- Chef de la Sécurité Nationale de la République
    -- Chef du Service secret de Djibouti (SDS)
    -- Homme de main pour les sales boulots, du Tonton président

    Et qui sont les responsables de ce malaise, 19 ans plus tard ???
    Les responsabilités sont partagées certes et il reviendra un jour à la justice de les départager, DU COMMANDITAIRE AUX EXÉCUTANTS COMME LES COLLABOS ET LES COMPLICES, DES COMMUNAUTÉS CONCERNÉES, mais la principale, du moins morale revient à ceux qui affirmaient et prétendent toujours représenter le peuple, sans assumer les RESPONSABILITÉS et les DEVOIRS de la fonction, NOUS CITONS À LA BARRE TOUS LES LEADERS DE L'OPPOSITION DJIBOUTIENNE.

    Quelle crédibilité ou confiance ces leaders de la dite opposition peuvent-ils encore souhaiter à ce jour, de la part d'un peuple, quand ils n'ont guère, ne serait ce que sur cette évidence, un temps soit peu, su s'entendre afin de déposer une requête commune au prêt des instances internationales pour que cet homme de la trempe de Bokassa, qui se fait rouler le tapis rouge sous leur nez sans être le moindrement inquiété, réponde de ses actes, quand d’autres, comme Omar Al Bashir pense à deux fois avant de mettre le pied dehors ???

    Sachant leur insignifiance sur tous les plans avec pour seule arme le boycotte d'élection, comment ces hommes peuvent-ils se regarder dans un miroir et oser parler au nom des victimes, prétendre nous représenter ou encore s'imaginer un instant qu'on puisse innocenter la complicité du silence ???

    À MOINS QU'ILS AIENT PENSÉ VOIR UN JOUR BOKOSSA SE LIVRER DE SON PROPRE CHEF AU CPI, DANS CE CAS ON POURRAIT PEUT ÊTRE PARDONNER À LA NATURE DE NOUS AVOIR AFFUBLÉ DE CES TALENTS.

    Mr Bourhan M. Ali (Alias Abou Amin)
    Secrétaire Général du PRIDE : PARTI RÉPUBLICAIN pour L'INNOVATION DÉMOCRATIQUE et L'ÉCOLOGIE
    Page du PRIDE : http://www.facebook.com/pages/Parti-Republicain-pour-lInnovation-Democratique-et-lEcologie-PRIDE/136038416448038

    Djibouti : IOG visite ses exilés, 2 Manifestations pour lui rendre la politesse

    Gouverner ; l'art de prévoir le futur d'une Nation, ne rien prévoir c'est courir à sa perte.

    « ABDOURAHMANE BACHIR ; JE L'AI FABRIQUÉ DE TOUTES PIÈCES EN CROYANT BIEN FAIRE. », Dixit IOG

    « SI DIEU A ACCEPTÉ QU’IL Y AIT LE DIABLE, POURQUOI REFUSERAIS-JE QU’IL Y AIT UNE OPPOSITION » - IOG

    Djibouti : L’opposition politique doit prendre acte de sa propre léthargie

    DJIBOUTI : EN 37ANS, ONT RIEN NOTÉ DE GROSSIER - AMNÉSIE TOTALE - INVITENT UN 3ème ET REBELOTE

    DJIBOUTI : LE RÉGIME DU PRÉFET IOG, TOURNERA ENCORE SON REGARD POUR SAUVER SA TÊTE

    DJIBOUTI : UNE PAIX SANS JUSTICE EST ILLUSION, UN PARDON SANS JUSTICE EST UNE BOMBE À RETARDEMENT

    DJIB : UN CIRQUE MÉDIA SANS QUE LE PROXY NE DISE MOT, SUR CE QUE LUI ET SES PARRAINS NOUS RÉSERVENT

    DJIBOUTI : L'ESCROQUERIE DU MACHIN USN !!!

    M. GUELLEH, ÇA COUTERAIT QUOI DE FINANCER L’AVENIR DE CES FUTURS CHAMPIONS DE LA RÉPUBLIQUE ?

    DJIBOUTI : L'USN ET SES OPPORTUNISTES, EXIGENT DE NOUS, QU’ON ENTRETIENNE LA MÊME VOYOUCRATIE

    PREMIÈRE D'UNE NOUVELLE CHRONIQUE PAR L'IMAGE, INTITULÉE : "" C'EST QUOI ÇA GUELLEH ??? ""

    ASSEMBLÉE DE PAILLE FRUIT DE L’INSUFFISANCE & COMITÉS FANTÔMES, LE MACHIN USN SE VEUT DISTRAIRE

    LE PRIDE N’EST PLUS SEUL À POSER DES QUESTIONS & REMETTRE EN CAUSE LA LÉGITIMITÉ DE LA DIRECTION USN

    Ahmed Youssouf à l’USN -- JOUE LE MÊME RÔLE QUE -- Hassan Omar GAQANLO à l’UMP

    SIGNIFIONS EXPRESSÉMENT LE REJET DE L’AGENDA USN, CONCOCTÉ ENTRE LES MÊMES MANIPULATEURS DE L'UAD

    DJIBOUTI : UMP & USN, 2 FACES DE LA MÊME MÉDAILLE, AVEC LES MÊMES VICES, ÉGOS ET AMBITIONS

    DJIBOUTI : VICTIMISATION, REFUS DE L’ENGAGEMENT ET UNE EXPRESSION SECTAIRE MANIPULATRICE DES JEUNES

    UN PATRIOTE INVESTIT DANS SON PEUPLE, NON HORS FRONTIÈRES, IL EST TEMPS QU'ON EN EST UN, À DJIBOUTI

    DJIBOUTI : NOUS CONVIONS CET ÉTÉ 2013, TOUTE L'OPPOSITION À DES ÉTATS GÉNÉRAUX

    DJIBOUTI : CITOYENS POUR LE CONSENSUS NATIONAL (CCCN) POUR UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION RESPONSABLE

    Une Source Infinie de Vidéos sur La Corne.

    Loading...

    Djibouti : Le Déni de Justice et la Lutte contre un autre Pirate de la FrancAfrique

    MALI : STRATÉGIE INNOVÉE : PROBLÈME - RÉACTION - SOLUTION - PAYEMENT DES COÛTS

    LA RECOLONISATION DU 21ème SIÈCLE - FRANCE VS CÔTE D'IVOIRE

    LA RECOLONISATION DU 21ème SIÈCLE - FRANCE-OTAN VS LIBYE

    Actualités et Évènements dans le Monde

    Please Sign Today To Support Those for a Democracy in Djibouti - Africa

    Amender une Constitution afin de rester au Pouvoir et Refuser l’Alternance c’est de la Tyrannie..
    OBAMA : "Make no mistake: History is on the side of these brave Africans, not with those who use coups or change constitutions to stay in power.......... Africa doesn’t need strongmen, it needs strong institutions."
    <= THE PRICE OF SILENCE & INACTION IS MUCH TOO HIGH =>
    FaceBook Petition for the benefit of Amnesty International USA, if You Wish to Join Protect The Human

    ""Il y a un temps pour RÉFLÉCHIR, un temps pour SENSIBILISER, un temps pour ÉPILOGUER et un temps pour AGIR contre le RPP : RASSEMBLEMENT DES PILLARDS DU PEUPLE.""
    Téléchargez sur SkyDrive le CONTRAT JURIDIQUE ET MORAL avec le peuple de DE DJIBOUTI, afin de rassurer la population sur les INITIATIVES qui seront mises de l'avant AU DÉPART D'IOG : FEUILLE DE ROUTE (PDF)

    UNE OPPOSITION RESPONSABLE ET CRÉDIBLE.

    Le parti PRIDE appelle l’opposition à assumer pleinement son rôle. Lançons l’organisation d’un Congrès qui unira nos efforts, nous donnera la crédibilité nécessaire et l’appui de la communauté internationale pour une transition exigeant non seulement le respect de la constitution mais aussi la reforme du scrutin électoral et les dispositions préalables pour en assurer la transparence avant les prochaines élections de 2011.


    Le peuple veut voir une opposition responsable autour d’une table ronde ou chaque parti sera représenté par 5 membres de leur direction et d’observateurs Djiboutiens.


    Chaque parti tout en gardant ses affiliations, contribuera à édifier un document fort, engageant et prometteur, ralliant la population Djiboutienne toute entière dans sa diversité, contre le ballon vide d’IOG, à la mode Ukrainienne. Le document final signé par les parties, sera soumit aux pays médiateurs choisis au Congrès et aux institutions internationales.


    DE LA SAGESSE, UNE VISION ET DU COURAGE, EST-CE TROP DEMANDER?


    Le rôle de ces observateurs Djiboutiens comme la préparation du congrès, sera confié à une agence spécialisée dans l’exercice de cette fonction et un comité ou une entité neutre assumera la coordination et la préparation des documents du Congrès, entre cette agence et les parties ayants exprimées leur volonté d’y participer.


    Dans un souci de transparence et de tenir le peuple informé, à défaut d’être diffusés en direct sur l’internet, tous les travaux de ce congrès doivent être vidéo-enregistrés.


    Par le PRIDE : Parti Républicain pour l’Innovation Démocratique et l’Écologie : PLAN D’ACTION POUR UN FRONT COMMUN.

    Ce site Blogger est compatible à 100% qu'avec le navigateur Mozilla Firefox.

    CONSTITUTION DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI : EN FRANÇAIS ENGLISH

    Présenté à toutes les Ambassades et Consulats de France dans le monde -- Memorandum du 28 Sept 2010.pdf.